Grégory Anelka : le self made man de la restauration

Non ! Ce n’est pas une fable. A 28 ans, Grégory Anelka est à la fois directeur d’exploitation et cogérant du restaurant Les Fables de la Fontaine. Il a intégré ce restaurant parisien en tant que commis il y a de cela sept ans. Puis il a gravi les échelons.

Grégory Anelka

Plus qu’un travail : une passion

« En qualité de directeur d’exploitation, je gère le restaurant dans son ensemble. Je m’occupe principalement de l’administration, des ressources humaines et de la gestion financière, mais il m’arrive de faire un peu de service » entame Grégory Anelka. Ce qu’il aime le plus : retourner au contact de la clientèle. « C’est un métier de passion ! » confie-t-il. Et pour cause, il ne compte pas ses heures. La plupart du temps, il travaille aux Fables de la Fontaine, même s’il est parfois amené à faire des déplacements. Il se souvient avoir fermé le restaurant une semaine en novembre 2016 pour un voyage professionnel. « Nous nous sommes déplacés en Martinique pour y animer un stand lors d’un festival gastronomique. Une expérience exceptionnelle ! » Il aime avant tout retourner sur l’archipel, car il y est né. « J’y ai tous mes souvenirs d’enfance. »

Les Fables de la Fontaine 1

« Je me souviens quand nous avons appris que nous conservions l’étoile. C’était magique ! »

Adolescent, il valide un baccalauréat scientifique, avant de prendre l’avion pour Paris. « A l’époque, je faisais beaucoup de sport. J’ai ainsi commencé mes études post-bac par une année de STAPS. » Puis, il change de cursus pour intégrer l’école Grégoire Ferrandi afin d’y suivre un Bachelor de Manager de Restaurant. « J’ai quitté la Martinique, comme beaucoup à l’époque, pour faire mes études en Métropole. J’ai eu la chance d’avoir des parents ouverts d’esprit, qui m’ont aidé à m’ouvrir au monde. » reconnaît le jeune directeur d’exploitation. Après avoir validé son diplôme, il part en « croisade » afin de trouver un travail. « A l’époque, je choisissais un arrondissement parisien, et j’en faisais le tour en tapant aux portes pour y déposer des CV. » Il a alors l’opportunité de faire un essai aux Fables de la Fontaine. Restaurant aujourd’hui étoilé.

Les Fables de la Fontaine 2

Une équipe talentueuse

« Je me souviens quand nous avons appris que nous conservions l’étoile. C’était magique ! Nous ne nous y attendions pas. » Pour se développer une image de marque, ils ont fait beaucoup. La cheffe était alors très jeune. « 21 ans, pour une première étoile ! Il faut imaginer ! » Grégory Anelka poursuit : « Je suis entouré de personnes talentueuses. Tout comme Julia Sedefdjian et Sébastien Jean-Joseph, nos deux cuisiniers. Ce sont des bébés, mais des bébés vraiment doués ! » Grégory Anelka ne vise pas les deux étoiles : « Nous en avons une, mais de bistrot. Faire une cuisine généreuse et gourmande élaborée avec beaucoup de technicité, cela nous suffit. » Par la suite, il aspire à monter d’autres restaurants.

Si le cogérant des Fables de la Fontaines a pu s’en sortir, il le sait, c’est grâce à sa motivation. « Je le voulais. En habitant à 8000 km de chez moi, je me suis vite rendu compte que j’étais tout seul. J’ai dû me débrouiller par moi-même. Aujourd’hui, je suis fier de là où j’en suis. »

GARDEZ UN COUP D'AVANCE !

 

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité du tourisme aux Antilles par email ! (c'est gratuit !)