Luxuria Travels, Assistance et disponibilité à toute épreuve pour les visiteurs de Saint-Martin

Laurie Brumier a débuté sa carrière à Saint-Barthélémy, une destination connue pour attirer une clientèle à la recherche de prestations très haut de gamme. Depuis un an et demi, elle a lancé son agence réceptive, Luxuria Travels, située à Marigot, à Saint-Martin.

Trouver sept masseuses le Jour de l’An, réveiller un médecin au milieu de la nuit pour soigner l’enfant d’un client ou réserver un avion privé : les tâches quotidiennes s’enchaînent mais ne se ressemblent jamais.

Vos clients sont…

Principalement des Nord-Américains et quelques Européens pendant la haute saison. Nous recevons aussi des Russes. En basse saison, à partir d’avril, les locaux deviennent plus nombreux.

Que recherchent-ils ?

Saint-Martin propose un produit assez typique mais l’île est très riche en activités : plages, jet ski, croisière, avions privés, parachute. On peut facilement s’occuper et grâce aux activity desks, il est très facile de trouver quoi faire pendant son séjour. Il y en a à Marigot, à Grand-Case et dans les hôtels mêmes.

Je dirais que le client américain consomme plus d’activités que le client européen : celui-ci va réserver un ou deux loisirs sur un séjour d’une semaine à quinze jours, tandis que l’Américain demandera à la fois une table au restaurant, une sortie à Saint-Barth, une journée à Anguille ou en catamaran.

veilletourismeantilles-luxuriatravels

En fait, les Canadiens ou les Américains apprécient d’être assistés, ils ont plus le sens du service que les Européens. J’ai par exemple très rarement des appels d’Européens qui demandent de réserver un taxi ou un bateau.

C’est un métier qui peut être très rémunérateur mais qui demande beaucoup de sacrifice personnel. Je n’ai ni Noël, ni Nouvel an, il faut vraiment être disponible.

Du coup, vous devez être sur le qui-vive en permanence ?

Oui, il faut avoir beaucoup de motivation car on est vraiment présents pendant le séjour des clients. Il faut aimer le challenge et aimer trouver des solutions même quand il n’y en a pas.

Nous essayons d’être attentifs, d’être très patients, à l’écoute du client. Il faut parfois savoir anticiper leurs besoins. Si on recherche un emploi avec un horaire d’arrivée fixe et un horaire de départ, on en est loin. Certains avions arrivent à minuit donc on effectue les check-in (formalités d’enregistrement, NDLR) à 1h30 ou 2h du matin.

Comment se porte le marché de la location saisonnière à Saint-Martin ?

Le travail au noir pose un gros problème. L’activité n’est pas du tout contrôlée.

Beaucoup de personnes, qui ne sont pas des professionnels, se lancent dans l’intermédiation entre le client et le propriétaire de villas. Légalement, en-dehors de l’agent immobilier et de l’agent de voyage, personne n’a le droit de prendre une commission sur une location de vacances, sauf qu’à Saint-Martin, c’est ce qui se pratique. Ces personnes ne paient aucune charge et sont en mesure de proposer aux propriétaires et aux clients des tarifs plus qu’avantageux !

En tant qu’entreprise, les charges sont lourdes, nous devons présenter des garanties financières, souscrire à des assurances. C’est de la concurrence déloyale et pour une entreprise jeune comme la mienne, c’est très difficile.

La concurrence dans le tourisme entre le côté français et le côté hollandais est assez difficile à Saint-Martin : la législation est bien plus sévère côté français. Nous ne sommes pas sur un pied d’égalité.

Quelles solutions peuvent être apportées ?

Cela doit peut-être passer par des mesures politiques. Les personnes qui sont au pouvoir sont conscientes du souci, mais j’ai le sentiment que tant que ça n’impacte pas la collectivité, il n’y a aucune intervention.

Malgré tout, des efforts ont été réalisés en 2015 : des personnes étrangères à l’île ont été recrutées pour forcer des propriétaires qui font de la location saisonnière à payer la taxe de séjour, au même titre qu’un hôtel. C’est un premier pas.

Quels sont vos projets de développement ?

Nous souhaitons développer un VIP Service, depuis l’aéroport, à partir de la saison prochaine. Nous avons obtenu il y a quelques semaines nos cartes d’accès aux zones privées de l’aéroport. Cela devrait nous permettre de nouer des partenariats avec les compagnies aériennes. J’aurais aussi aimé travailler en Guadeloupe, mais il y a une telle contrainte de disponibilité, qu’il me faudrait trouver une personne de particulièrement motivée pour me remplacer…Pour l’heure, c’est difficile.

Retrouvez Luxuria Travels

  • Site : http://www.luxuria-travels.com
  • Facebook : https://www.facebook.com/luxuriatravel

veilletourismeantilles-luxuriatravels

GARDEZ UN COUP D'AVANCE !

 

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité du tourisme aux Antilles par email ! (c'est gratuit !)