Les tour-opérateurs en perte d’influence pour les Antilles Françaises ?

Le marché évolue et les tour-opérateurs doivent s’adapter. D’après les données recueillies par le SETO (Syndicat des Entreprises du Tour-operating), les ventes durant l’hiver 2016-2017 sont reparties à la hausse. La Caraïbe reste la destination privilégiée des voyages à forfait sur l’activité long courrier, augmentant de 2,1% par rapport à l’hiver 2015-2016. Mais les chiffres restent à relativiser : depuis l’année 2007-2008, les ventes ont diminué de plus de moitié.

Un bon hiver 2016-2017

Interrogé, Jürgen Bachmann, secrétaire général du SETO, affirme que « l’activité des voyagistes français est en hausse ». En effet, le marché des TO français se porte mieux. Le communiqué du SETO sur la période hiver 2016-2017, indique que « le marché des tour-opérateurs se montre dynamique et bien adapté dans un contexte d’amélioration des conditions socio-économiques, y compris de la consommation en France ». Tous les indicateurs sont positifs : le volume d’affaires des voyagistes françaises atteint 1 776 885 euros pour l’hiver 2016-2017, un chiffre en hausse de 3,1% par rapport à l’hiver 2015-2016. L’été 2017 s’annonce aussi sous de bons auspices puisque « à fin mai 2017, les premiers résultats confirment l’évolution très positive de l’activité avec une hausse au global en volume de +6% » selon le SETO.

La Caraïbe : un marché solide mais contrasté

Avec 1/3 du trafic long courrier en moyenne sur ces dernières années, les îles caribéennes ont toujours la côte auprès des clients des tour-opérateurs. Trois destinations restent privilégiées : la République Dominicaine, Cuba et les Antilles Françaises. Toutes trois restent dans le top 10 des ventes de voyages à forfait long courrier.
Dans le détail toutefois, des nuances se dessinent : les Antilles Françaises sont passées de la 2nde position du Top 10 long-courrier en forfaits en 2007-2008 à la 5ème en 2015-2016. Les ventes annuelles diminuent régulièrement. Il y a d’ailleurs eu moins de forfaits vendus pendant l’hiver 2016-2017 (-1% par rapport à 2015-2016). 

SETO-ventes-antilles-forfaits

A l’inverse, la République Dominicaine se maintient en tête du classement long-courrier et Cuba progresse. Cet hiver, les ventes de voyages à forfait pour ces deux destinations ont augmenté de 7% respectivement. Et cela peut s’expliquer par l’analyse des répercussions géopolitiques du Printemps Arabe.

L’insécurité n’a pas provoqué de report d’activité vers les Antilles Françaises

L’infortune d’autres régions du monde est-elle bénéfique à la zone caribéenne ? « La Caraïbe est plutôt demandée en saison d’hiver. Aussi, le trafic balnéaire / resort de la Mer Rouge en Égypte s’est déplacé vers d’autres régions et cela dans la limite budgétaire des clients. De ce fait une partie de ce trafic s’est reporté en hiver vers les Canaries, le Cap Vert et la République Dominicaine » affirme Jürgen Bachman. Et pour cause, le Cap Vert a connu une augmentation des ventes de forfaits de +41% cet hiver ! En revanche, « pour les Antilles Françaises il n’y a pas eu un mouvement de report notable, compte tenu de la structure de l‘offre et le positionnement tarifaire des îles ». En clair, les Antilles Françaises n’ont pas bénéficié de la crainte des voyageurs dans les zones considérées à risques.
Pour Cuba, dont les ventes de TO ont presque doublé pour les voyages à forfait, « coté client, c’est l’effet de nouveauté, puis la mise en place d’une offre diversifiée entre produits itinérants (circuits) et sédentaires (séjours balnéaires/club), ainsi que l’accessibilité aérienne et tarifaire » qui explique l’attrait des voyageurs pour la destination selon le SETO. La destination est en plein boom. 

Des problèmes plus globaux

Finalement les ventes des TO sont globalement en diminution, toutes destinations confondues. Comment expliquer cette baisse ? Il n’est possible que de supposer : est-ce à cause du développement du web qui permet aux voyageurs de bénéficier de nombreuses offres promotionnelles ? L’accès plus rapide aux offres est-il également l’un des facteurs de cette diminution ? Et les TO diversifient-ils suffisamment leurs offres ? Seul l’avenir nous le dira !

GARDEZ UN COUP D'AVANCE !

 

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité du tourisme aux Antilles par email ! (c'est gratuit !)