Opitrip, le Google des vacances chez l’habitant

Le marché de l’économie collaborative (sharing economy), c’est-à-dire de particulier à particulier – devrait peser 335 milliards de dollars en 2025. Le tourisme et les loisirs représentent un segment clé de l’e-commerce. Ce sont les deux constats sur lesquels Opitrip, le premier moteur de recherche et de recommandation dédié aux vacances collaboratives, mise.

L’équipe, composée de deux frères guadeloupéens, Loïc et Ludovic Geoffroy, ainsi que d’un entrepreneur chevronné, Marc Moser, a pour ambition de devenir l’acteur de référence sur ce secteur.

D’où vous est venue l’idée ?

Loïc – Mon frère et moi sommes de gros consommateurs d’économie collaborative et ce, depuis longtemps. Quand nous partons en vacances en famille, nous choisissons par exemple le logement chez l’habitant, mais comparer les offres des milliers de sites existants comme Airbnb, HomeAway, Abritel, etc… c’est fastidieux et chronophage.

Un jour, on était en pleine recherche d’un hébergement quand on s’est dit qu’avoir un site qui permettrait de comparer toutes les locations saisonnières serait génial. On s’est donc mis en quête d’une solution existante mais il n’y avait rien. 

veilletourismeantilles-opitrip

Opitrip permet donc de comparer les offres d’hébergement chez l’habitant ?

Non, nous allons plus loin. Les voyageurs peuvent rechercher et réserver des offres sur quatre segments : l’hébergement, la location de véhicules, le covoiturage et les expériences sur place. Notre objectif c’est d’être sur toute la chaîne de voyage de bout en bout.

Nous lançons cet été une nouvelle fonctionnalité, le Travel Planner, comme une agence de voyage en ligne dédiée au collaboratif. L’utilisateur peut construire tout son voyage, sauvegarder des offres, recontacter des particuliers.

Il y a quand même un hic : comment font ceux qui doivent prendre l’avion ?

On ne les a pas oubliés ! Notre moteur intègre le transport en bus, covoiturage, location de voitures et en avion.

 Quand le site a-t-il été créé ?

La version bêta a été mise en ligne en novembre 2014. Nous avons ensuite ouvert au public en mai 2015 pour collecter des feedback des utilisateurs.

Nous avons participé à des concours dans l’univers du voyage pour présenter notre Produit Minimum Viable (Minimum Viable Product, MVP, NDLR). Cela nous a permis de gagner en visibilité dans cette industrie et de confronter notre concept à des experts.

En janvier 2016, nous avons commencé une communication plus offensive pour nous faire connaître. Un an et demi s’est donc écoulé entre le lancement privé et public.

Qu’est-ce qui est ressorti des retours utilisateurs ?

Les commentaires ont été très positifs. Ils nous ont dit qu’ils appréciaient le fait d’avoir une plateforme qui agrège offres, tarifs et commentaires. Bien souvent, ils ne connaissaient pas toute la gamme de services existants en matière de vacances collaboratives donc on leur permet aussi d’en découvrir.

Quel est l’intérêt pour des sites bien établis, souvent leaders dans leur domaine, de travailler avec vous ?

Nous nous positionnons comme un apporteur d’affaires. Nous leur amenons du trafic qualifié c’est-à-dire que nos utilisateurs sont des personnes qui ont d’ores et déjà une intention d’achat en matière de vacances collaboratives. Nous avons déjà réussi à convaincre plus d’une vingtaine de partenaires.

Vous répertoriez tous les sites ou il y a un processus de sélection ?

Jusqu’à présent, on proposait l’ensemble de la sharing economy. Maintenant, c’est plutôt le meilleur de celle-ci. On veut être en mesure de faire de la recommandation, pas seulement de la comparaison d’offres.

Quel est votre modèle économique ?

Le moteur de recherche est gratuit pour le grand public. On se rémunère au Coût par Clic / Coût par achat : nous prenons une commission à chaque réservation.

Envisagez-vous de lever des fonds ?

Nous sommes en finalisation de notre levée de fonds auprès d’investisseurs privés, de Bpifrance ainsi que de l’accélérateur Pentalabbs. Le montant sera dévoilé dans les prochaines semaines.

Vous avez précédemment créé une autre entreprise, dans le domaine de la publicité locale : en quoi cette expérience est-elle utile avec Opitrip ?

Nous nous sentons mieux armés pour piloter une boîte avec tous les aspects que cela inclut : finances, marketing, stratégie etc… On ne naît pas entrepreneur, on le devient et les erreurs qu’on a faites au début nous servent aujourd’hui.

Comment se répartissent les rôles quand on entreprend en famille ?

Ludovic s’occupe de la partie marketing et des partenariats ainsi que de la partie financière. Je suis en charge du développement produit et du juridique. 

opitrip-voyageprive

Vous avez été lauréats du programme Tremplins de Voyage Privé, pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est un accélérateur sur 10 jours au siège de Voyage Privé à Aix en Provence. L’expérience a vraiment été très enrichissante car ils ont fait preuve d’une totale transparence avec nous vis-à-vis de leur business. Ils ont 10 ans d’expérience en stratégie commerciale, acquisition client, etc… donc ils nous évitent de refaire leurs propres erreurs.

Chaque collaborateur a une fibre entrepreneuriale donc ils ont partagé leur savoir avec une vraie générosité. C’est aussi une relation à long terme puisqu’on bénéficie d’un suivi à l’issue du séjour et ils ont insisté sur le fait qu’on pouvait les solliciter à tout moment.   

Quels sont vos objectifs à court et long terme ?

Nous souhaitons d’abord asseoir notre position sur le marché français. En 2017, on espère commencer à se faire connaître en Europe, avec l’Allemagne, l’Espagne, l’Angleterre en ligne de mire. Et par la suite, pourquoi pas les Etats-Unis.

Opitrip en chiffres :

  • 100 000 utilisateurs entre janvier et juin 2016
  • 3,6 millions d’hébergements référencés
  • 60 000 expériences répertoriées
  • 100 000 destinations

Retrouvez Opitrip :

GARDEZ UN COUP D'AVANCE !

 

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité du tourisme aux Antilles par email ! (c'est gratuit !)