A peine lancé, Jolydays obtient la Bourse French Tech

Comment un accident de moto suivi d’un an et demi de rééducation ont conduit Miguel Etienne-Pain a créer Jolydays ? Cet ancien responsable commercial Grands Comptes dans la publicité, entrepreneur récidiviste (Jolydays est sa 3ème société) nous détaille son parcours et ses ambitions.

On commence par les félicitations ?

Merci, ça fait plaisir, d’autant qu’il y a en fait peu de lauréats. La bourse nous ouvre les portes de Bpifrance. C’est aussi une caution d’innovation auprès de nos partenaires et clients. Et on espère que cela aidera à rassurer les investisseurs.

Du coup, Jolydays c’est…

Deux expertises : une plateforme web de réservation en temps réel d’activités de loisirs et de tourisme ainsi qu’un agent de voyages, agréé par Atout France.

L’internaute qui vient sur Jolydays peut totalement concevoir son séjour en ligne. On va plus loin que la simple mise en relation : le client peut réserver en ligne et en temps réel directement auprès du prestataire. Notre statut d’agent de voyages est un vrai plus car nous pouvons créer et commercialiser des séjours entiers.

Nous sommes un apporteur d’affaires et un créateur de plaisir pour les touristes.

Comment t’est venue l’idée ?

J’ai eu un accident de moto et je suis parti en Martinique pendant ma rééducation pour me ressourcer. Et je peux dire que ce sont les gens qui m’ont remonté le moral. Vraiment, on n’a pas de matières premières mais c’est ce que nous sommes, nous en tant qu’ultramarins et êtres humains qui fait notre plus grande richesse. Lé moun’ lan ka wèw an lari’a, yo ka diw héhé hé sa rivéw’ ich mwen ,é yo ka baw fos’ la pou viré mété kow doubout’ (Quand les gens te croisent, ils te saluent et t’encouragent, NDLR). Ca vaut de l’or. Ca a ses bons et ses mauvais côtés mais ça fait du bien.

Mon séjour m’a permis de redécouvrir qu’il y avait énormément de choses à mettre en avant. Il y a de tout sur l’île ! Mais même en tant que Martiniquais, j’ai eu du mal à trouver les activités alors imagine un touriste. A l’époque, j’avais en tête de créer des packages pour les visiteurs.

A l’époque ?

Oui, car de retour en région parisienne, j’ai intégré le Master en Management des Business Units de l’IFG. Pendant deux ans, les professeurs, intervenants et élèves, tous des cadres et dirigeants, ont trituré le projet. Ils l’ont d’ailleurs beaucoup apprécié ! J’ai pris la décision de lancer effectivement Jolydays en 2014 et j’ai immatriculé la société en 2015. Début 2016, j’ai quitté l’entreprise dans laquelle j’étais salarié pour me lancer à temps complet dans l’aventure.

Pourquoi les professionnels ont-ils intérêt à travailler avec vous ?

Nous sommes une entreprise très structurée. L’équipe est composée de personnes aguerries, chacune dans leur domaine. C’est une remarque que nous font beaucoup d’interlocuteurs car nous fonctionnons comme une entreprise déjà mature. D’ailleurs, pour obtenir l’agrément d’agent de voyages, il faut apporter une garantie financière plutôt élevée.

Nous offrons aux prestataires touristiques de la visibilité auprès d’une clientèle clairement identifiée. Nous proposons aussi une vraie démarche d’accompagnement : nous aidons ceux qui ne satisfont pas actuellement à notre grille de critères à monter en compétences pour être intégrés.

Sur quels critères s’effectue la sélection ?

Nous avons défini une grille ainsi qu’une charte à laquelle ils doivent adhérer. Leur matériel doit par exemple être en bon état. Si un loueur de jet ski me dit qu’il peut accueillir 6 personnes, il doit me garantir qu’il a le nombre de jets skis requis. Et puis, en tant qu’ancien commercial, je crois au contrat qu’ils doivent signer !

J’ai l’ambition de développer un site d’envergure mondiale et de créer des emplois. 

L’inscription sur le site est-elle payante ?

Oui, il y a des frais d’inscription ainsi qu’un abonnement pour les professionnels. Pour les consommateurs, l’inscription est gratuite.

Quels sont les territoires où Jolydays va se développer ?

D’abord en Martinique, puis une expansion au fur et à mesure de la croissance commerciale. J’ai le souhait de servir l’Outremer. Jolydays peut être déployé sur beaucoup d’autres régions. Notre ambition est mondiale.

Quand le site sera-t-il mis en ligne ?

Le site grand public sera publié en fin d’année, mais nous référençons d’ores et déjà des prestataires de loisirs. Nous avons un objectif de 200-300 activités à proposer aux consommateurs.

Pour contacter Jolydays :

GARDEZ UN COUP D'AVANCE !

 

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité du tourisme aux Antilles par email ! (c'est gratuit !)