Fort-de-France : sous les pavés, le renouveau ? (Enquête)

En quelques années, le centre-ville de Fort-de-France a changé de visage. Le front de mer a fait peau neuve pour le plus grand plaisir des piétons en promenade, et a ainsi réaffirmé son statut de pause récréative dans la ville idéale pour les familles. Le kiosque Guédon propose un ancrage culturel au sein de l’espace publique. La place de la Savane, quant à elle, est devenue un lieu de vie artistique et culturelle avec une offre gourmande relativement variée. Sans compter que le chef-lieu attire toujours plus de nouveaux acteurs. Tout pour séduire les foyalais, les touristes de de séjour, mais aussi les croisiéristes (+ 40% entre 2016 et 2018). Le cœur de Fort-de-France propose par ailleurs une offre touristique riche, surtout d’un point de vue patrimonial : l’Espace muséal Aimé Césaire, la Cathédrale Saint-Louis, Bibliothèque Schoelcher, Fort Saint-Louis. Certains ont été réhabilités entre 2015 et 2018 dans le cadre de la politique de rénovation urbaine (SPR – Site Patrimonial Remarquable). Sans oublier une offre de programmation évènementielle élargie et diversifiée ; notamment le Carnaval (+ 195 000 visiteurs en 2017), Martinique Flying Regatta, Matnik Chouval Show, Festival Culturel de Fort-de-France , ou encore le Semi-Marathon International, où l’accent semble être davantage être mis sur la qualité et la sécurité. Cette nouvelle impulsion qu’offre Foyal est une volonté politique, résultante de projets et d’actions pour redynamiser la ville.

Cœur battant : la revitalisation continue

Depuis 2016, la Ville de Fort-de-France a défini une stratégie de développement de son centre-ville qui se concrétise depuis près d’un an dans le cadre du plan d’action gouvernemental intitulé « Fort-de-France, Cœur battant ». En partenariat avec les commerçants, les habitants et les institutions (CACEM, CTM, Caisse des dépôts, ANRU etc.), ce projet de 5 milliards d’euros sur 5 ans, entend offrir une nouvelle attractivité et redynamiser le centre-ville en agissant sur 8 axes.

Ainsi bon nombre de projets ont déjà vu le jour. La mise en service, certes tardive du TCSP, et la nouvelle desserte maritime Fort-de-France/Case Pilote pour une meilleure accessibilité ; la construction et la restauration de sites patrimoniaux (Cour d’Appel, Cathédrale Saint-Louis) et de bâtiments administratifs (Commissariat de Police, Préfecture), l’organisation d’opérations commerciales telle que les Foyaleries, Capital en Fête ou Décembr’en ville avec l’expérimentation de la piétonisation. L’Art s’invite aussi dans l’espace urbain avec des multiples expressions artistiques pour valoriser les délaissés urbains à l’instar du projet Mi bèl Madam – ou d’espaces culturels dédiés comme Un Œuf, 14’N61’W ou l’Atelier 49.

L’importance des initiatives privées…

Fort-de-France s’avère devenir de plus en plus attractif d’un point de vue économique et les initiatives privées fleurissent. Des partenaires indispensables pour redynamiser la ville. Côté hébergement, par exemple, le Fort Savane, L’Hôtel Simon, ou la Villa Apolline sont les nouveaux arguments favorables au tourisme d’affaires ; au même titre que les loueurs saisonniers comme CosyKay qui se positionnent sur le segment de marché du meublé de séjour. On constate également l’implantation de nouveaux commerces avec des produits différenciés comme Design Pastry et ses pâtisseries fines. Entre 2018 et 2019, ce sont près de vingt commerces ou services nouveaux qui ont été identifiés en ouverture ou en projets.

Concernant son implantation, Yanis Marie-Rose, Gérant de l’épicerie fine Food Market y a vu une grande opportunité à bien des niveaux : « Nous avons choisi notre emplacement (ndlr : rue Lazare Carnot) car il n’y avait pas de commerce de proximité de ce côté-là. En termes de clientèle, nous avons les habitants réguliers du quartier mais aussi beaucoup d’administrations. On a eu un tel accueil que nous avons déménagé sur l’avenue des Caraïbes. Au départ, on a commencé avec de l’alimentation générale, avec une prédominance de produits frais, et on a rapidement élargi à de l’épicerie fine provenant de petits producteurs locaux et d’artisans de toute la Caraïbe. Nous sommes sur le parcours des croisiéristes donc en période touristique, on en bénéficie directement. On bénéficie globalement d’une bonne visibilité. Fort-de-France, et notre zone d’implantation en particulier, est pour nous un endroit qui va se développer, attirer davantage de commerçants et donc de clientèle. Cette partie de la ville évolue tous les jours : nouvelles boutiques, travaux d’embellissement, évènements de qualité organisés sur la Savane, toute l’année. Ça bouge ! »

…Et de l’innovation !

Autre atout, il est désormais possible de parcourir le cœur de la ville en tricycle électrique grâce à Cyclocomm ou avec les vélos-calèche d’Eco Taxi 972, des dispositifs 100% électriques ; venant ainsi étoffer l’offre de mobilité douce introduite en 2015 avec les navettes électriques « Blue Bus ». L’innovation trouve aussi sa place fondamentale en tant que catalyseur de développement. Les espaces de coworking, véritables locomotives pour l’innovation, se multiplient (Be Jungle, Le Cosy, Be Booster). L’accélérateur de startup Village By CA pourrait bien également faire son entrée à la rue Ernest Desproges fin du 1er semestre 2019. Son responsable projet Patrick Pastour motive ce choix : « On cherche à être près d’un pôle qu’il soit économique ou administratif. En termes d’attractivité et de visibilité, Fort-de-France nous a semblé pertinent. Nous avons la volonté de créer un véritable écosystème autour de l’innovation. Aujourd’hui on voit bien que Fort-de-France s’inscrit dans un renouveau et nous aimerions y participer. »

La rénovation urbaine et l’habitat pour l’attractivité

Bien évidemment, il y a aussi un gros travail à faire en faveur du logement. Il tient d’ailleurs un volet important (1,5 milliards d’euros) au sein du projet de redynamisation, qui va au-delà du cœur historique : de Trénelle à Hermitage en passant par les Berges de la rivière Madame, jusqu’à la baie. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de réhabiliter certains quartiers ou de de rénover certains bâtiments comme c’est le cas pour « Le National », monument historique situé au Boulevard Général de Gaules, et qui accueillera des logements sociaux d’ici la fin de l’année. D’autres opérations de logements en acquisition-améliorations, et de réhabilitations de maison de ville d’intérêt patrimonial en partenariat avec la Semaff, Ozanam et Arcavs, sont en cours ou en projet. Le Nouveau Programme de Renouvellement urbain (NPRU) avec l’intervention de l’Agence de Rénovation urbaine va dans ce sens.

Rénover l’existant, inciter à l’investissement et inciter la population à venir ou revenir vivre à Fort-de-France.

Si l’attractivité est difficilement chiffrable à l’heure actuelle, faute d’outils de mesure effectifs, le tableau est finalement plutôt positif. L’un des gros désagréments reste l’offre de transport public mal maitrisée, et totalement défaillante qui nuit à la bonne circulation dans la ville et nuit à l’attractivité économique. Aussi faudra-t-il véritablement harmoniser les contours de Fort-de-France pour un créer un climat plus favorable à l’investissement et l’accueil de nouveaux acteurs. Le projet gouvernemental Cœur Battant est certainement une chance pour la ville-capitale, qui veut sans aucun doute à redevenir un pôle touristique. Le travail est conséquent et sur le long terme, mais les premiers résultats visibles dans la ville sont le reflet d’une réelle volonté politique. En 2018, un investissement de 11 millions d’euros a été consacré à la réalisation d’une trentaine d’opérations identifiées dans ce projet d’envergure.

GARDEZ UN COUP D'AVANCE !

 

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité du tourisme aux Antilles par email ! (c'est gratuit !)