5 millions d’euros de retombées par saison pour Death in Paradise en Guadeloupe

Le Centre National du Cinéma et de l’image animée a publié une étude sur l’impact des tournages sur le cinéma. La série Death in Paradise, tournée en Guadeloupe est montrée en exemple avec des retombées directes estimées à 5 millions d’euros par saison.

1€ investi = 7,62€ de retombées….dont 1€ pour le tourisme

L’étude du CNC est intéressante car elle recense 8 déterminants permettant d’envisager des retombées locales pour un territoire :

  • le genre de programme
  • le devis
  • la durée du tournage
  • la diffusion de l’oeuvre (national, international..)
  • le succès de celle-ci
  • le casting
  • la valorisation du territoire à l’image
  • la dimension internationale du sujet.

L’institution estime que pour chaque euro investi par les collectivités, ce sont 6,62€ de retombées locales générées en moyenne, réparties entre les rémunérations, les dépenses techniques et le tournage. A cette somme s’ajoute 1€ de retombées liées au tourisme, soit 7,62€ au total en moyenne.

Death in Paradise, bon élève

En Guadeloupe, la série anglaise Death in Paradise est tournée depuis 7 ans, principalement dans la commune de Deshaies. La série est diffusée dans plus de 230 territoires dans le monde. D’un point de vue touristique, un tour de 5 heures a été créé pour s’immerger dans l’univers de l’oeuvre.

 

GARDEZ UN COUP D'AVANCE !

 

Recevez chaque semaine le meilleur de l'actualité du tourisme aux Antilles par email ! (c'est gratuit !)